(mise à jour: Août 2017)

 rencontre

 

Vents & Jardins® est une plateforme éditoriale dédiée aux approches initiatiques de la transition posthumaniste.

 

Mais encore ?

 

 "Vents": la transition posthumanisteVentText

 "Posthumanisme", "Transhumanisme", "Singularité technologique" : des métaphores (bien plus que des concepts!) qui font peur au plus grand nombre.

"Transition énergétique", "Catastrophe climatique", "Intelligence artificielle", "Fin du travail", "Robotique", "Big Brother", "Modifications génétiques": des faits qui bousculent.

L'Humanité aborde à l'évidence un tournant majeur de son histoire. Au point que certains auteurs annoncent déjà la disparition d'Homo Sapiens, qui serait destiné à être supplanté avant la fin du siècle par des robots, voire par des créatures d'un nouveau type, hybrides d'humains génétiquement transformés et de machines dopées à l'intelligence artificielle.

« C'étaient de très grands vens sur la terre des hommes, de très grands vents à l'oeuvre parmi nous » Saint John Perse

Littérature ? Science-fiction ? Assurément. Mais dans bien des domaines, ce que la science-fiction décrit frappe déjà à notre porte. La littérature n'aura fait que nous montrer un peu à l'avance les futurs possibles. Elle ne peut pas décider à notre place de celui que nous choisirons, ni même nous pousser à en choisir un.

Aujourd'hui, que nous le voulions ou pas, la transition posthumaniste commence. De crainte de l'affronter, certains refuseront de la voir, se repliant sur le passé et laissant le problème à leurs enfants, voire à l'attente d'un messie. D'autres croiront agir en se mettant au service d'une idéologie, d'un homme providentiel ou en excitant des foules paniquées. N'est-ce pas après tout ce que les humains ont toujours fait ?

 

"Jardins" : Les approches initiatiquesJardinText

Alors que la plupart se réfugient dans le déni, d'autres, se souvenant peut-être d'Epicure en son jardin, décident modestement de "faire leur part", "à leur place et à leur office", en explorant des chemins et en ouvrant des routes.

Et si cheminant sur les routes des pélerinages ou dans celles des bibliothèques, en marchant jusqu'au bout du monde ou en méditant face au mur, ils pensent parfois à Jason, à Ulysse, à Alexandra David Neel ou à tous ceux dont la légende a pu dire que leur périple fut "initiatique", aucun d'entre eux n'a la prétention de sauver le monde ou de devenir célèbre.

Bien sûr, ils sont infiniment moins nombreux que ceux qui préfèrent se perdre dans les brumes des illusions. Ils l'ont toujours été. Mais en ces temps charnières, ils sont pourtant plus nombreux qu"ils ne l'ont jamais été. Les chemins de Saint Jacques, pour ne prendre qu'un exemple, n'ont pas été aussi fréquentés depuis des siècles. Pourtant, il ne s'agit pas pour les pélerins du XXIème siècle d'une pratique rétrograde. Leurs motivations, leurs pratiques, leur vécu sont probablement assez différents de ceux des siècles passés.

Quant à l'art des jardins, qu'ils soient potagers ou d'agrément, il est plus populaire que jamais. De Villandry aux labyrinthes de maïs, des jardins Zen à ceux de Versailles, les foules se pressent pour les découvrir, voire parfois pour contribuer à cette architecture symbolique qui restait depuis l'Antiquité un privilège discret des intellectuels de la haute noblesse.

 

Plateforme éditorialeAventureText

Notre ambition éditoriale:

  1. Rendre compte des mutations en cours de manière à ce que nos abonnés ne dilapident plus un temps plus précieux que jamais à trier entre des informations douteuses ou mal contextualisées. Bien sûr, toutes les informations dont ils ont besoin ou presque sont disponibles sur le Net. Mais ils ont autre chose à faire que de perdre des heures à démêler l'important du simple buzz. En mutualisant nos compétences et nos moyens, nous permettrons à chacun de gagner un temps précieux.
  2. Rendre compte aussi des interrogations et des adaptations des différentes voies initiatiques face à la révolution sans précédent dans l'histoire humaine qui approche. Toutes ne réagiront pas de la même manière et dans chacune des perspectives différentes émergeront sans doute. Peut-être au risque de scissions, voire de schismes. Dans ce vaste paysage qui ne manquera pas d'être bousculé, nous n'avons pas vocation à prendre parti. Nous ambitionnons seulement d'en rendre compte le plus complètement et le plus fidèlement possible. Le plus largement aussi. L'initiation, au sens large, ne se vit pas uniquement sur les chemins de Saint Jacques, dans les dojo zen ou dans les loges maçonniques. Elle est déjà présente, sans qu'il s'en rende toujours compte, aux côtés de tous les flaneurs des jardins de Versailles ou d'ailleurs, pour peu qu'ils parviennent à faire taire un instant le tumulte de leurs pensées.

 

Le "business model"GrimpeurText

Pour le moment, notre projet est avant tout une expérimentation. Nous espérons à terme fonder une entreprise d'un type nouveau, plus collaboratif que capitaliste, adapté à l'économie de la connaissance qui semble en train d'émerger. Nous n'entendons cependant pas nous laisser enfermer dans aucune des théories qui prétendent décrire et critiquer à l'avance ce mouvement qui n'existe pour le moment qu'en germe. Certains estimeront qu'il ne s'agit que d'une utopie naïve. Ils ont peut-être raison mais cela ne nous empêchera pas d'essayer !

Concrètement, ce projet, qui reste à finaliser, tournerait autour des principes suivants:

  • Une ligne éditoriale déclinant une dimension globale, internationale, et une dimension territoriale, à l'échelle des régions. L'échelle des nations ne semble pas être la plus pertinente pour un projet comme le notre. Notre lectorat a vocation à être international, avec deux versions dès que possible: francophone et anglophone.
  • Trois types d'abonnements, dont deux ("personnalisé" et "corporate")  seront, à terme, payants.
  • Une monnaie complémentaire permettant de "rétribuer" facilement les auteurs pendant la phase de lancement. Cette monnaie interne leur permettra de s'offrir des abonnements et d'en offrir à leurs proches. À plus long terme, un modèle économique plus élaboré sera à inventer. Il sera fondé sur la coopération entre les différents contributeurs de la plateforme. Il n'aura pas vocation à rémunérer en priorité des investisseurs, mais plutôt les contributeurs du projet.
  • Le siège de l'entreprise sera déterminé principalement en fonction de facilité d'y créer une entreprise d'un modèle économique innovant. A priori, il devrait être situé dans la zone Euro mais probablement ailleurs qu'en France pour des raisons de complexité administrative. L'option de l'Estonie, via son statut d'e-resident, est actuellement particulièrement à l'étude, mais elle n'est pas la seule.

 

Nous recherchons plus particulièrement :ContribuerText

  • des contributeurs, notamment au Canada, en Belgique et en Afrique francophone
  • un traducteur pour la version anglophone

 

Envie d'en savoir plus ?

N'hésitez pas à nous solliciter: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.